Préparation et extraction des huiles essentielles

Les huiles essentielles  sont des extraits naturels de plantes ou parties aromatiques et qui sont constitués de principes actifs huileux, mais volatiles et odorants et non gras contrairement à ce que l’on pourrait croire.

Les huiles disponibles sont de qualités inégales et certains fabricants observent des critères plus stricts que d’autres. Les conditions et le lieu de récolte, ainsi que les engrais employés sont autant de facteurs importants pour déterminer la qualité et la particularité d’une huile, d’où l’importance des analyses biochimique (telle chromatographie).

Les HE sont des substances complexes et diverses demandant, pour leur obtention, des soins tout particuliers.
Il existe plusieurs façons de les extraire  par distillation à la vapeur d’eau, c’est la méthode la plus répandue et la plus ancienne, connue depuis la plus haute antiquité, transmise par les Arabes et perfectionnée par les Grassois. C’est celle qui donne les meilleures garanties de qualité.

Aussi utilisée l’extraction à froid. C’est la méthode la plus simple mais malheureusement la plus limitée en effet réservée aux écorces aromatiques (bergamote, citron, limette, mandarine, orange…). Elle consiste à briser les poches de zestes frais d’agrumes pour en recueillir les « essences » et non huiles essentielles car aucune modification chimique liées à des solvants ou à la vapeur n’a eu lieu, car le processus mécanique s’est fait à froid.  Le terme « huile essentielle » devrait donc être strictement réservé au produit aromatique issu de la distillation.

Mais une certaine ambigüité existe sur la dénomination d’huile essentielle. Selon l’AFNOR, il faut utiliser le terme d’essence alors que la Pharmacopée française et la Pharmacopée européenne utilisent le terme d’huile essentielle. Le terme d’huile essentielle a été retenu par les spécialistes en pharmacognosie. (source wikipédia)